CGMP Cercle Généalogique de Maine et Perche
CGMP CGMP
C ercle
G énéalogique de
M aine et
P erche
La prochaine séance d'initiation à la généalogie aura lieu le samedi 18 novembre à 14h30
Engoulevent
 Accueil > Association > Historique Identifiez-vous  
 2015, une avancée significative… grâce à un nouvel outil informatique performant
La première phase du projet informatique aboutit à l’ouverture d’un nouveau site le 6 juin 2015.
Le site, convivial et simple d’utilisation, marque un passage important dans l’histoire déjà longue du cercle généalogique.
 Des nouveaux présidents : Serge Davy en 2012-2013, puis Gérard Blanchard en 2014…
Une ère nouvelle commence avec le Bordager numérique. Cette évolution, nécessaire pour limiter les coûts, doit être expliquée et comprise par les membres de l'association. Celle-ci doit également, et pour la même raison, se séparer de la secrétaire salariée qui travaillait depuis de longues années pour le cercle. Cette décision, particulièrement douloureuse sur le plan humain, se révèle également compliquée à mettre en œuvre car elle entraine une nouvelle répartition du travail entre les bénévoles.
Lors de l’Assemblée générale de 2014, le CGMP sort un DVD sur lequel sont gravés les contenus des 102 premièrs revues « Le Bordager », base de donnée particulièrement riche attrayante et utile.
Il faut aussi changer l'opérateur et l'hébergeur du site internet qui reposait depuis dix ans sur l'implication sans faille de Christophe Benoist. Chantal Mariotti, nouvelle secrétaire bénévole, est chargée de ce dossier avec l'aide de Michel Defay.
Faire connaître l'association à ceux qui vont s’intéresser à la généalogie, éveiller leur besoin de travailler en commun afin ne pas s'isoler devant son ordinateur, guider les débutants, essayer de toujours satisfaire au mieux les fidèles adhérents… tout en accompagnant les changements inéluctables… constituent toujours les objectifs essentiels du CGMP, 42 ans après le 4 novembre 1972.
 Le CGMP. et internet
2003 – 2004 C'est au tour de Jean-Claude Boulard, maire du Mans de recevoir sa généalogie.
Christophe Benoît, installe le site internet www.cgmp-genealogie.net, qui va permettre l'ouverture vers "Généabank" ; le fichier des mariages, informatisé, va grossir lentement mais surement (850 000 actes, en 2006, un million en 2010). C'est le résultat du travail des adhérents et des salariés qui au fil du temps sont venus apporter leur concours.
Les travaux dans l'ancienne école qui nous héberge obligent à un repli temporaire pendant un an (2008-2009), vers un local provisoire mis à disposition par la mairie.
Mais des difficultés apparaissent :
Les Archives Départementales de la Sarthe rencontrent un problème de parasites qui attaquent les documents papier qui deviennent non consultables. Cet épisode va contrarier la poursuite des dépouillements.
Plus grave ! L'équipement des ménages en ordinateurs, l'avènement d’internet, la numérisation des documents qui deviennent accessibles "à domicile", très pratique en vérité, présente toutefois pour l'association un aspect négatif. Il permet à chacun de conduire ses recherches sans le concours d'une association. Dès lors, le nombre des adhérents va connaître un déclin régulier en dépit des efforts de modernisation.
Le Bordager, notre bulletin, 96 pages trimestrielles de généalogie et d’histoire locale.
 Une période charnière, avec Jean-Jacques Caffieri. 1998-2012
Jean-Jacques Caffieri remplace Alain Marie en 1998.
La tâche se poursuit avec persévérance aux Archives Départementales ; 1 862 microfilms sont disponibles.
 
Le Cercle dispose d'appareils de lecture et de meubles de rangement adaptés, très chers mais pratiques.
En 2002, l'association enregistre 1526 adhésions.
 
Il est présent à l’inauguration des nouveaux locaux des Archives départementales de la Sarthe.
Le cycle de conférences se poursuit rue du Chêne-Vert.
 L’ère Alain Marie : 1992-1998
Alain Marie reprend le flambeau. Il fait évoluer le Bordager, lui trouve un nouveau look, et d’un dos carré collé… et grossit (96 pages). Des centaines de listes de mariages sont éditées.
Cette année-là, le Cercle participe au Congrès national de généalogie, à Vichy, comme en 1991, à Bordeaux.
En septembre 1993, un colloque s'organise, Salle des Concerts, au Mans. Son thème : "Les malheurs du temps", évoque les incidents climatiques et les épidémies, dans le Maine, le Perche et l’Anjou. Des dizaines d’adhérents réalisent des relevés, des comptages… Plusieurs intervenants professeurs d'histoire à l'université ou dans ses lycées de la ville animent cette rencontre.
Au cours de 1994, un accord avec les Archives Départementales de la Sarthe, permettent de microfilmer les registres paroissiaux afin de préserver les documents originaux. L'opération à laquelle participent trois adhérents du Cercle va durer plus de cinq ans. En 1994, la qualité de la revue est distinguée par la fédération française de généalogie qui lui décerne, ex-aequo, le Prix Gaston Sagot de la meilleure revue généalogique.
Alain Marie et Roger Nouet réalisent une superbe exposition nommée "Les noms de famille dans le Maine". En trois parties, elle évoque les patronymes au cours des siècles, la recherche en généalogie, le CGMP. Elle s'installe à la médiathèque Louis Aragon, au Mans, puis devient itinérante dans plusieurs mairies et autres salles du département…
En 1997, le Cercle atteint l'âge de 25 ans. Il compte 1 250 adhérents dont 350 Sarthois.
 L’ère Leschot : l’essor 1985-1991
En février 1985, le Cercle doit faire face à la disparition brutale de M. Faugas ; une assemblée générale extraordinaire, élit une équipe autour d’André Leschot. Robert Ducros et J.P. Delaperrelle sont vice-présidents, Ginette Lenoble secrétaire, et une dizaine d’autres personnes. A cette époque l'association regroupe 200 adhérents.
A partir de juin 1988, La ville du Mans abrite le Cercle dans une des salles de la rue du Chêne-Vert. Des permanences hebdomadaires s'organisent. Le 5 novembre, le maire Robert Jarry inaugure le nouveau local où s'organiseront, le samedi après midi, grâce à la participation de personnalités locales.
Le bulletin, baptisé "Le Bordager", s’étoffe et s'embellit : 72 pages en 1991. Son envoi coûte moins cher grâce au tarif "presse" que lui reconnait l'administration de la poste !
En 1987 , premières "portes ouvertes". Curieux, historiens, généalogistes débutants ou confirmés prennent alors contact avec l’association. Elles se renouvèlerons chaque année depuis. 28 février 1988 : Réunion à la brasserie François-Coppé, à Paris. Michel Defay devient responsable de la nouvelle antenne parisienne.
En 1990, l'association accueille son 1 000e adhérent., (629e pour cette année-là). Au cours des 24 Heures du Livre 1991, M. Jarry, reçoit son arbre généalogique, accompagné d'un cahier rempli de détails sur ses aïeux. Un gros travail d’équipe pour le CGMP.
Courant 1991, Christine et Michel Defay arrivent en Sarthe et s'attachent à conduire une profonde modernisation en introduisant l’outil informatique au secrétariat. JP Delaperrelle commence un cours de généalogie pour débutants, l'expérience va durer 5 ans. Il assure en outre l'intérim de la présidence pendant 15 mois.
 L’ère Faugas : le premier élan 1980-1985
La structure existe, faut-il lui fournir l’énergie !
 
Le 29 février 1980, un nouveau bureau se met en place sous la présidence de Jacques Faugas qui amène un souffle nouveau : organisation de permanences d'accueil, création d’un bulletin de liaison, Lancement des premiers dépouillements des actes de mariage…
 
Afin de promouvoir l’association, le bureau monte dans le hall de la Chambre de Commerce… des panneaux didactiques superbes, une animation audiovisuelle, des tableaux réalisés par des adhérents, des ouvrages anciens appartenant aux Archives Départementales… sont présentés à plus de mille visiteurs.
 La généalogie, jadis une mode pour certains… un besoin pour beaucoup aujourd’hui !
Le 4 novembre 1972, à Mortagne au Perche, quelques personnes se réunissent autour du duc de la Force qui réside à Saint-Aubin de Locquenay (Sarthe).
Elles créent le Cercle Généalogique de Maine et Perche (C.G.M.P.), association loi de 1901, dont le rayon d’action couvre la Sarthe, la Mayenne et le Perche Ornais.
Le premier bureau se présente comme suit :
Président : M. le duc de La Force,
Vice-présidents : MM. Siguret et Fleury.
Secrétaire général : M. Lubineau de Kermasson (CGMP n° 2).
Secrétaire-adjoint : M. Chauveau (CGMP n° 3).
Trésorier, M. Évrard (CGMP n° 4).
Administrateurs : Mme Montagne, M. Jousselin.
 Version 2.2 (28/04/2017) © CGMP 2017 Crédits